Histoire du "Samyn"

Le club de "La Pédale Faytoise"

Nous sommes au début des années soixante. Dans toutes les régions, dans tous les villages, les coureurs cyclistes sont des champions: Marc Baudour, Christian Baurain, Ennio Bulfone, Sergio Campagnolo, Paul Crapez, Willy Delhaye, José Samyn, Konrad Zopf, ... roulent dans les nombreuses courses pour non-licenciés organisées dans la région du Haut-Pays: Angre, Angreau, Audregnies, Elouges, Hensies, Thulin….

Au mois de juillet 1962, de retour d'une épreuve organisée à Hensies, des fans et supporters décident d'organiser une course à Fayt-Le-Franc. Une réunion est aussitôt prévue, elle se tiendra au « Café de la Jeunesse ». Un comité est formé, présidé par Léon Fontaine; Marc Richard sera vice-président, Alectaire Delhaye le secrétaire-trésorier, Guy Fiévet directeur technique et de courses, Maurice Albert, Marcel Bourlard, Albert Duwez, Simon Fievet, Walter Haussy et Gilbert Payen les membres. Le club devient très vite "la Pédale Faytoise". La date du dimanche 26 août est retenue pour la première course qui honorera le premier vainqueur, Quinchon, un jeune Français.

 

 

 

 

Grand Prix de La Madeleine

Les hommes du président Fontaine seront vite secondés par de nouveaux membres très actifs par dans d'autres associations faytoises: Hilaire Cretu, Jean Delgrange, Michel Dubois, Luc Rougraff… rentrent dans le circuit. En 1963, la "Pédale Faytoise" est affiliée à la Royale Ligue Vélocipédique belge et reçoit le matricule 718. Le programme de cette première année est déjà très chargé: course pour débutants à la ducasse du mois de mai, course internationale pour dames suivie d'un critérium pour débutants le mercredi 24 juillet, « Grand Prix de la Madeleine »…  Des centaines de spectateurs honoreront ce rendez-vous! Chez les dames, la victoire reviendra à la Championne du Monde en titre Yvonne Reynders devant la championne des Flandres Liliane Cleiren. Chez les débutants, José Samyn décrochera les lauriers devant deux Flandriens.

Le projet prendra de plus en plus d’envergure. Les grandes dames du cyclisme féminin, la Belge Marie-Rose Gaillard, championne du monde 1962, la Luxembourgeoise Elsy Jacobs, la Française Renée Ganneau et bien d'autres encore, rouleront au Grand Prix de la Madeleine. Le championnat du Hainaut des "amateurs", le dimanche 25 juin 1967, mettra "La Pédale Faytoise" sur orbite avec la victoire du coureur local Paul Crapez qui avait la course de bout en bout.

 

Les "pros" arrivent

Coup de folie ou innovation de taille en 1968, le club « ose » se lancer dans la catégorie des pros. Rendez-vous est donné aux stars le vendredi 28 juin, à quelques jours seulement du départ du Tour de France…  une course pour "professionnels », précédée par une course d'attente pour "amateurs internationaux", est mise sur pied. Parmi les pros de ce « 1er Grand Prix de Fayt-Le-Franc », le Quiévrainois José Samyn, professionnel depuis l'année précédente. José attaquera dès le départ, en compagnie de deux coureurs français dont l'un de ses équipiers. Ils ne seront plus rejoints et José l'emportera finalement au sprint: Le Peloton se présentera avec 11 minutes de retard sur la ligne d'arrivée.

Cette glorieuse expérience ne sera pas renouvelée l’année suivante. Le comité décidera plus tard de programmer les couses pour  "Juniors, Amateurs et même Professionnels", un dimanche ou un jour de fête, et de les organiser en circuits locaux. Cette nouvelle option sera maintenue jusqu'en 1973. En 1970, la course pour professionnels sera prévue en juillet, après le passage de l'étape "Valenciennes-Bruxelles" du Tour de France. Le tracé de notre ligne d'arrivée servit même pour le sprint du point chaud de cette étape de la Grande Boucle!

 

Hommage à José Samyn

1970: la course de Fayt-Le-Franc, devient le "Grand Prix… José Samyn": le coureur quiévrainois est décédé suite à un accident de course le 25 août 1969. La mécanique sera dure à lancer, le calendrier très concurrentiel, en Flandre notamment. En 1974, les organisateurs reçoivent l'aide précieuse de Michel Gandibleux et son équipe de Dour. Marcel Poivre, responsable du « Journal de Mons », met lui aussi la main à la pâte. De nouveaux membres rejoindront le noyau: Jean-Marie Colant, Joël Cornu, Willy Delhaye, Daniel Fievet, Francis Fievet, Emile Godin, Casimir Berdysz, Hervé Lechêne, Emile Marlot, Bernard Payen, Léon Plumet, Fernand Saussez, Jacky Vilain… Le « festival cycliste » sera désormais programmé début mars, le mercredi suivant "Het Volk" devenu, aujourd’hui, « Nieuwsblad ». Il comprendra jusqu’à 4 courses (débutants, juniors, amateurs, pros…). Le bilan de cette nouvelle formule sera incontestablement jugé positif tant par le public que par le monde sportif. Les quatre courses figureront au menu de cette fête de la Petite Reine jusqu'en 1994, date à laquelle la R.L.V.B. décidera la suppression des épreuves pour débutants et juniors en cours de semaine.

Le « Grand Prix Samyn », que les coureurs « pros » appellent encore aujourd’hui « Fayt-Le-Franc », a tremblé sur ses bases. Il a connu la grande vague de l’arrivée du « Pro Tour », il a vécu la crise économique, il a gelé sous la neige… mais la flamme a continué à brûler et « Le Samyn » est resté lui-même. Il est plus que jamais « la course d’ouverture du calendrier professionnel en Wallonie », 3 jours après le lever de rideau en Flandre. Oui, le « Samyn » a toutes les raisons d’être fier!

 

Sponsors